Portrait d’ambassadrice : Francine Kreiss

posté dans: Ambassadeurs
Tags , , ,

Nous sommes toujours très inspiré(e)s par nos ambassadrices on a voulu prendre quelques nouvelle de Francine Kreiss ! #inspiringwomen

Notre ambassadrice Francine est une amoureuse des profondeurs sous-marines. Apnéiste, elle a longtemps pratiqué ce sport en compétition. En 2011, elle a obtenu un titre de championne du monde. Elle est aussi reporter et photographe et publie de nombreux ouvrages sur ses aventures.

 

 Quel est ton rapport au corps / à tes boobies ?

« Mon corps est un capteur sensoriel aquatique. C’est grâce à lui que je peux ressentir la mer, ses matières, ses lumières. 

Mes seins sont l’écrin de mes poumons d’apnéiste. Mais ils sont aussi mon lien le plus sensuel avec l’eau, la mer et les océans.

Depuis peu, j’ai découvert l’art et le secret de nager et de faire de l’apnée sans haut de maillot dans des criques désertes.

Où seuls la mer, le vent, les algues, la profondeur et le sable dialoguent avec mon corps et mon esprit. Sans témoin, seulement les poissons.

J’ai été éduquée avec : « ton corps ce tabou »… Grâce à l’océan et l’eau j’ai enfin compris : «  ton corps ce cadeau » !

Les seins de chaque femme sont des planètes annexes du système solaire, il faut en prendre soin comme des astres !!! » 🤗

 Quel message souhaites-tu transmettre aux jeunes filles et plus globalement aux femmes d’aujourd’hui ?

Je n’ai pas la prétention de transmettre quoique ce soit. Seulement celle d’échanger et d’écouter. J’ai plus à apprendre des autres femmes qu’à transmettre.

Mais je pense que nous serons toutes d’accord sur le fait que le corps est notre premier rempart au monde.

Il est aussi notre dialogue. Il capte toutes les choses nauséabondes, ou sublimes, et il les filtre du mieux qu’il peut.

La santé est un don de Dieu chaque jour renouvelé. Il faut en prendre soin comme d’une plante souvent agressée mais qui cherche continuellement le soleil et l’air pur.

Donc sport et plein air + alimentation la plus authentique et saine possible. 

Et surtout ne pas perdre le lien avec les éléments : courir sous la pluie, nager dans l’eau froide, marcher dans le vent, sauter dans la neige, se faire brasser par les vagues.

Ne pas avoir peur d’avoir trop froid, trop chaud, de prendre une averse ou une bourrasque.

Le corps se nourrit des éléments pour construire son bouclier. Il faut arrêter d’être des « outils stérilisés et aseptisés».

Change this in Theme Options
Change this in Theme Options